Association

Vos visites et commentaires sont un énorme soutien moral pour les bipèdes de l'Association.
Votre aide matérielle ou financière, elle, est indispensable au bien-être des "BLEDINOUS" qui ont besoin de vous et vous remercient.
"Sauver l'espoir
, sauver les animaux qui sont notre espoir" [Konrad Lorenz]


jeudi 14 juin 2018

De nouveaux arrivés.... (2/2)



Comme partout ailleurs, au Maroc c'est aussi la saison des chatons...

Mais avant de vous présenter nos derniers petits, un hommage à 2 de nos protégés, partis trop jeunes au Paradis des Chats.









 

MacDo et Rita (qui ont été présentés ici) étaient 2 petits d'un an environ, qui vivaient libres à l'Oasis. Ils ont subi, la même nuit, des attaques de chiens errants (Nous avons parfois des meutes de plus d'une dizaine de chiens qui passent), et n'ont, hélas, pas survécu à leurs blessures.




Votre vie a été bien trop courte, mais pleine d'amour et de tendresse.
Nous ne vous oublierons pas...
.





 DES PETITS NOUVEAUX ?






MINOUI

Ce petit bout nous a été déposé derrière l'Oasis un soir. C'est à minuit (d'où son nom...) que Lahcen l'a entendu, cherché et trouvé.

Un petit gars de 270 gr, affamé, et perdu dans ce nouveau lieu inconnu.




 
Le lendemain a commencé par un toilettage on ne peut plus nécessaire... J'ai arrêté de compter les puces après 100... cela grouillait de partout. Et sans parler des quelques tiques déjà installées.
Je ne pariais pas sur son avenir, pensant que cette invasion parasite avait dû l'empoisonner, mais non !



Il est maintenant en pleine forme et bien épanoui. 





JARFIE

Nous avons trouvée la petite Jarfie sur un tas de détritus de ciment/cartons. Selon les voisins questionnés, elle était orpheline. Elle était très sale (le bain a été obligatoire), et elle était dénutrie et atteinte de coryza. Elle n'avait que quelques semaines.




Elle est installée à l'Oasis et va très bien à ce jour.





 



DOUKANE



Une pauvre petite Princesse, qui n'a pas eu de chance, car nous n'avons pas réussi à la sauver...




 






Un jour, une chatte errante est arrivée dans le garage de Fanny et Tarik, et s'y est installée pour mettre bas ses 3 petits.
Elle s'en occupait bien, mais soudainement elle a disparu (accidentée lors d'une de ses sorties ?).
Tarik les a trouvés seuls un matin : un bébé était décédé, un était bien mal en point, le 3ème bien frêle. Fanny étant en France, Tarik est allé acheté du lait maternisé et s'est mis aux biberons, en veillant à ce que les petits soient bien au chaud.
Mais il allait reprendre le travail et être absent toute la journée, nous sommes donc allés chercher les petits. Le petit "mal en point" a rejoint le Paradis durant le trajet.

La petite Doukane est donc arrivée seule, bien décidée à vivre, du haut de ses 14 jours !




Dès le départ elle avait des diarrhées permanentes. Manifestement elle ne supportait pas le lait maternisé. Pourtant elle s'alimentait de bon cœur et avait commencé à prendre du poids, je la croyais sortie d'affaire. 
Mais malgré des soins constants et un traitement véto, elle s'est mise à reperdre les grammes pris... Nous avons combattu ensemble, mais elle n'a pas réussi à survivre. Trop fragile, elle est partie rejoindre ses frères/soeurs... 



Doukane, tu n'as pas vécu longtemps avec les humains, mais au moins 
tu n'auras eu que de l'amour et de la douceur (encore merci à Tarik).
Ton départ nous a tous rendus très tristes.







Tous ces chats ne sont pas des chats abandonnés, comme il l'est bien trop souvent dit sur les réseaux sociaux.

Ils n'appartiennent à personne : ils sont nés et vivent dans la rue. Ils se reproduisent à longueur d'année, les femelles sont gestantes quasiment en permanence (et ce dès 5/6 mois)

Parfois les habitants nourrissent un ou plusieurs chats, mais n'en veulent pas plus dans leur quartier. Aussi s'ils trouvent des nouveaux-nés, ils n'hésitent pas à les ôter à leur maman pour aller les déposer dans un autre quartier (les plus "respectueux" les portent là où ils savent que les chats sont nourris). Il y a beaucoup d'inconscience collective et de méconnaissance animale.

C'est pourquoi (et bien plus souvent en ville qu'en campagne d'ailleurs), on trouve de nombreux chatons dans de piteux états qui se débattent péniblement pour survivre.
Seuls les plus vaillants tiennent bon, mais généralement dans de très mauvaises conditions.

 
Sans vous il nous sera impossible de reprendre les stérilisations de rue. Nous comptons sur vous et vous rappelons qu'il n'est jamais trop tard pour nous soutenir en adhérant à l'association, ou pour nous faire un don.



7 commentaires:

  1. Tout d'abord une pensée pour Mc Do, Rita et Doukane ainsi que pour ceux qui on tout fait pour les aider.
    Je te rejoins, et j'imagine au Maroc. Ici il est impossible de faire entrer dans la tête de certains l'idée même de stérilisations pour éviter ces malheureux naufragés de la rue.
    Et après personne (sauf toujours les mêmes) pour assumer et pour le chagrin des départs.
    Longues vies à Minoui et Jarfi et courage à toi, il en faut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma réponse a disparu... bizarre !
      "Jamais personne, sauf toujours les mêmes" pourrait être la maxime de toute la protection animale je pense... hélas !
      Le refus de la stérilisation, autant au Maroc, on peut le "comprendre" (les choses changent, mais doucement), autant en France, cela me scandalise !...

      Supprimer
  2. Douces pensées attristées aux petits disparus , au moins ont-ils connus des soins et de la tendresse. Longue vie aux 2 petits guerriers survivants.
    Nous sommes des petits colibris dans ce monde de grande détresse animale.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait juste réussir à obtenir une armée entière de petits colibris.... :-)
      Bisous Zoé.

      Supprimer
  3. La vie est dure et cruelle pour les plus petits, les plus faibles. Les petits anges ont au moins eu de l'amour et des soins. Comme Minoui et Jarfie sont devenus beaux ...merci à toi Annie et tous ceux qui t'aident. Gros bisous et plein de caresses aux petits blédinous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime toujours regarder les avant-après... un peu de soins, de confort, d'alimentation... et on ne reconnait plus personne !... :-)

      Supprimer
  4. C'est bien triste tout cela. La misère animale est permanente ... J'espère qu'un jour les gens prendront consciente que ces petites boules de poils souffrent et éprouvent des émotions tout comme nous. Gros bisous Annie. Chantaloup

    RépondreSupprimer

Pour publier un commentaire ?
- Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si n'avez pas de compte, choisissez "Nom/Url" dans la liste déroulante proposée à côté de "Commentaires et saisissez votre nom, éventuellement le lien de votre blog. Cliquez sur "continuer", puis pour valider votre commentaire :
- Cliquez sur "publier"

Merci d'avoir pris le temps de nous laisser un commentaire, c'est toujours agréable à lire, et c'est un véritable encouragement
Sauf problème technique, vous aurez une réponse demain.